Fête de la Science 2019 : Une aristocratie à l'âge de pierre ? Sociétés paléolithiques et égalité

Une aristocratie à l'âge de pierre ?

Sociétés paléolithiques et égalitées

 

11 octobre 2019

 

L'ethnologie a depuis longtemps établi l'existence de disparités socio-économiques importantes chez les peuples chasseurs-cueilleurs subactuels. Cela était-il également le cas chez les populations paléolithiques ? Les premières inégalités sociales en Europe sont-elles une conséquence des innovations liées au Néolithique ?

Le Musée national de Préhistoire, la Réunion des musées nationaux – Grand-Palais et le Centre des monuments nationaux proposent une enquête sur les sociétés du Paléolithique supérieur à travers différentes catégories d'indices susceptibles d'apporter leur éclairage : les pratiques funéraires, la spécialisation artisanale ou/et artistique...


Dans un livre paru il y a dix ans [1], Brian Hayden suggérait la possibilité que tout ou partie des populations du Paléolithique supérieur eurasiatique aient vécu dans des sociétés marquées par des inégalités de richesse. Récemment, une hypothèse convergente a été avancée [2], selon laquelle le savoir-faire exceptionnel des peintres de Lascaux ou de Chauvet ne pourrait s’expliquer que par un apprentissage de longue durée impliquant déjà une forme de division sociale du travail inconnue dans les sociétés économiquement égalitaires.

L'ethnologie a depuis longtemps établi l’existence de chasseurs-cueilleurs présentant des disparités socio-économiques importantes et pouvant être qualifiés de ploutocraties [3]. Cette configuration s’oppose néanmoins au modèle social traditionnellement attribué aux peuples du Paléolithique supérieur. Pour l’archéologie, en effet, les inégalités de richesse ne seraient apparues en Europe que comme une conséquence progressive et plus ou moins lointaine des innovations liées au Néolithique.

Depuis longtemps pourtant, divers indices tels les tombes richement dotées de Sungir ou les cabanes en os de mammouth du pavlovien ont intrigué les chercheurs. Ces dernières années, d’autres éléments potentiellement contradictoires avec le modèle égalitaire semblent s’être accumulés, soit par des découvertes nouvelles, soit par le réexamen d’un matériel déjà connu. 

S’il n’est vraisemblablement pas possible en l’état de trancher pour l’une ou l’autre hypothèse, il nous est apparu urgent de procéder à un inventaire critique des données archéologiques (habitats, sépultures, productions techniques et symboliques…) susceptibles d’éclairer cette problématique majeure de l’évolution sociale. C’est tout le sens de cette table ronde qui se propose de réunir des spécialistes reconnus afin de dresser un état des lieux des connaissances, d’en évaluer la pertinence et, dans la mesure du possible, d’envisager de nouvelles pistes d’investigation.

Références :

[1] Hayden B., L’Homme et l’inégalité, l’origine de la hiérarchie à la préhistoire, Cnrs édition, 2008.

[2] Guy E., Ce que l’art préhistorique dit de nos origines, Flammarion, 2017.

[3] Testart A., Les chasseurs-cueilleurs ou l’origine des inégalités, Société d’ethnographie, 1982.

 

A l’occasion de cette table-ronde sur trois jours aux Eyzies réunissant des chercheurs œuvrant dans différents domaines (archéologues, anthropologues, conservateurs, ethnologues…), nous proposons un parcours associant des scolaires à une réflexion sur les sociétés paléolithiques à la lumière de nouvelles données scientifiques. La découverte de collections archéologiques, d’un site majeur de la vallée de la Vézère et un temps d’échange avec un ou plusieurs spécialistes constitueront trois temps forts de cette proposition. Celle-ci sera complétée par une conférence ouverte au grand public en soirée.

 

Téléchargez le document pdf


10h / Visite atelier / Sites préhistoriques de la vallée de la Vézère/ Centre des monuments nationaux

 

Lieu : abri de Cap-Blanc, commune de Marquay (24)

Durée : 2h30

L’abri de Cap-Blanc s’ouvre dans la vallée de la Grande Beune, affluent de la Vézère. Une frise sculptée magdalénienne représente un bestiaire majoritairement constitué de chevaux et illustre une parfaite maîtrise des techniques autant que des motifs. La présence d’une sépulture au pied de la paroi ornée fait de cet abri un lieu d’expression symbolique exceptionnel.

Après avoir découvert la frise sculptée, les élèves sont invités à tester les techniques de sculpture à l’aide d’outils et sur des supports comparables à ceux du Paléolithique.



14h / Musée national de Préhistoire / Réunion des musées nationaux - Grand-Palais

 

Lieu : Les Eyzies (24)

Durée : 1h

Un parcours ciblant quelques pièces de la collection (outillage, armement, sépulture, art mobilier et parure) permet aux élèves d’apprécier différents aspects techniques, artistiques, et sociétaux à travers des manipulations et observations fines des vestiges.

 



15h30 / Rencontre à l’auditorium du musée

 

Un conservateur du Musée, accompagné d’un chercheur, échangent avec les élèves et leurs professeurs à partir de questions, remarques préparées en amont de la journée et tout au long des différentes activités.

Personnes pressenties : Catherine CRETIN, Conservateur du Patrimoine et Emmanuel GUY, Université de Paris I


 

A 18h30, une conférence aura lieu à l'auditorium du Musée national de Préhistoire à destination du grand public, animée par Christophe DARMANGEAT et Emmanuel GUY, présentant les questions – et les réponses ! – débattues lors du colloque.


 

Référent scientifique : Catherine CRETIN, Conservateur du Patrimoine, Musée national de Préhistoire (Les Eyzies)

Partenaires pressentis :

- Bruno BOULESTIN, Anthropologue, Université de Bordeaux - UMR 5199 du CNRS – PACEA « De la Préhistoire à l’Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie »

- Christophe DARMANGEAT, Anthropologue, économiste Maître de conférences - Université Paris Diderot

- Emmanuel GUY, Préhistorien Chercheur indépendant

- Liliane HILAIRE-PEREZ, Historienne Directrice d’études et Professeur - EHESS, Université Paris Diderot

- Boris VALENTIN, Archéologue, préhistorien Professeur des Universités - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne