L'exploitation des petits animaux au Magdalénien

Discrets par nature, les petits animaux sont difficiles à repérer dans le paysage. Il aura fallu le regard affûté de chasseurs-cueilleurs pour déceler, là le passage d’un spermophile, ici l’envol d’un lagopède ou la présence feutrée d’un harfang des neiges. Leur discrétion s’affiche aussi dans les musées où, loin des géants de la Préhistoire, l’observation de leurs os demande un peu d’application.

Pourtant, l’étude des petites faunes (oiseaux, rongeurs, poissons, petits carnivores et autres insectivores) révèle, de manière variable selon les époques, leur participation à l’alimentation et l’approvisionnement en diverses matières (fourrure, plumes, etc.). Souvent inféodés à des milieux particuliers, ils informent les préhistoriens sur les écosystèmes paléolithiques à l’échelle de petits territoires.

Le programme semestriel en lien avec cette nouvelle vitrine propose d’explorer ce monde effacé essentiel aux équilibres de la nature et aux besoins des hommes.

Venez la découvrir en galerie basse !

 

 

Evénements et visites: