Bannière de la page
Conférence

Cycle de conférences "les Nocturnes" 2021

Premiers temps de la Préhistoire dans le monde
mardis 20 juillet, 27 juillet, 3 août et 10 août à 21h30
Abri Pataud

Cycle de conférences en lien avec l’exposition « HOMO FABER 2 millions d’années d’histoire de la pierre taillée, de l’Afrique aux portes de l’Europe », du 10 juillet au 29 novembre 2021.

Découverte de l’un de crânes du site de Dmanissi (Géorgie)

Mardi 20 juillet, 21h30 / Musée national de Préhistoire
Il y a 1,8 millions d’années aux portes de l’Europe : le site de Dmanissi, en Géorgie

par Ana MGELADZE, Chargée de recherche au Muséum national de Géorgie, Tbilissi

Situé dans le petit Caucase (Sud Caucase), au cœur d’une région marquée par les reliefs et les sédiments d’origine volcaniques, le site de Dmanissi occupe le sommet d’un promontoire basaltique formé par la confluence des rivières.

Le site était anciennement connu pour les occupations médiévales et protohistoriques. La présence d’occupations humaines remontant au plus ancien paléolithique ont été découvertes en 1983 lors de fouilles d’un silo médiéval. Les opérations de terrains qui s’y déroulent depuis chaque année et les recherches conduites par des équipes internationales sont venues renouveler complètement les connaissances des premiers peuplements de l’Eurasie. En effet, la stratigraphie mise au jour sur un ensemble de plusieurs sondages couvrant une surface de plus de 100600 m² témoigne de conditions très favorables à la conservation des vestiges de faune et d’industrie lithique issus d’occupations répétées associés aux vestiges anthropologiques d’au moins 5 individus, des hominines correspondant aux plus anciennes traces des représentant du genre Homo hors du continent Africain.

 

Paysage et site archéologie de Lomekwi 3 (Ouest Turkana, Nord Kenya) daté de près de 3,3 Millions d’années

Mardi 27 juillet, 21h30 / abri Pataud
Aux Origines : Les gisements archéologiques de la formation Plio-Pléistocène du Bassin du Turkana (Kenya)

par Jean-Philip BRUGAL, Directeur de recherches au CNRS, Aix-Marseille Université, UMR 7269 LAMPEA

Le Bassin de l’Omo-Turkana, entre Kenya et Ethiopie, est situé dans la grande Vallée du Rift d’Afrique Orientale. Il recèle d’importantes séquences volcano-sédimentaires datées de la fin du Pliocène au début du Pléistocène (entre 4 et 1 Millions d’années) livrant des témoignages précieux et uniques de faunes fossiles, de restes humains et d’industrie lithique. La Mission Préhistorique au Kenya conduit depuis le milieu des années 90 des travaux de prospections et de fouilles à l’Ouest de ce bassin, bordé par le lac Turkana, appelé la Mer de Jade (Kenya). Il concerne un vaste territoire et de nombreux affleurements fossilifères, appelé la Formation de Nachukui, de près de 730 m d’épaisseur cumulé, qui ont livré les plus anciens vestiges de la présence et de l’activité humaine. Une présentation de ces recherches, et des gisements archéologiques découverts, sera proposée permettant de retracer l’Histoire des Hommes depuis leur origine.

 

Fouilles de Callao Cave, vue générale © Callao Cave Archaeology Project

Mardi 3 août, 21h30 /abri Pataud
Préhistoires insulaires en Asie du Sud-Est : d'Homo erectus à Homo sapiens, en passant par Homo luzonensis

par Florent DETROIT, Maître de conférences, Muséum national d’Histoire naturelle, UMR 7194 HNHP

L’Asie du Sud-Est insulaire constitue depuis bien longtemps l’un des terrains de jeu favoris des préhistoriens et des paléoanthropologues. De la fin du 19ème siècle à aujourd’hui, les recherches qui y sont menées permettent de dévoiler petit à petit un passé d’une richesse longtemps sous-estimées et d’une complexité fascinante. Nous examinerons dans cette conférence quelques-unes des découvertes et des étapes les plus marquantes de ces préhistoires insulaires : des peuplements pionniers d’Homo erectus à l’arrivée d’Homo sapiens, en passant par les découvertes récentes d’Homo floresiensis et d’Homo luzonensis. Toutes ces découvertes montrent non seulement les effets, parfois spectaculaires, que l’évolution insulaire a pu produire sur la morphologie humaine, mais aussi que les îles ont probablement exercé leur pouvoir d’attraction sur les Hommes depuis des temps très anciens.

 

Grotte de Sterkfontein, Afrique du Sud - Milner Hall lake © Laurent Bruxelles

Mardi 10 août, 21h30 / Musée national de Préhistoire
Un ou plusieurs berceaux de l’Humanité ? À la recherche des origines du genre Homo en Afrique australe

par Laurent BRUXELLES, Chargé d’opérations et de recherches, INRAP, Honorary Research Fellow, Université du Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud

Savoir d’où l’on vient est une question majeure que nous nous posons tous. Avec la multitude des fossiles qui jalonnent la lignée humaine, il est encore plus difficile de s’y retrouver. D’autant que nos travaux récents menés dans les grottes d’Afrique du Sud révèlent une contemporanéité entre les fossiles sud-africains et ceux, mieux connus, du grand rift est-africain.
Il convient donc de revoir la notion de « Berceau de l’Humanité ». Doit-on chercher un lieu précis où notre genre, le genre Homo, est apparu ? Ou doit-on penser que l’évolution humaine est le fruit de plusieurs berceaux ? Et si finalement c’était toute l’Afrique qu’il fallait considérer, les sites connus n’étant alors que des fragments de ce berceau, jalonnant une histoire commune qu’il faut envisager à l’échelle de tout un continent ?
C’est à cette question que nos recherches dans plusieurs pays d’Afrique australe tentent de répondre depuis plusieurs années, mêlant aventure scientifique et aventure humaine.

 

Nombre de participants limité, inscription obligatoire
Conférences au Musée national de Préhistoire : inscriptions via la
plateforme affluences.com

Conférences à l'abri Pataud : inscriptions par téléphone au 05 53 06 92 46

Crédits photo : Grotte de Sterkfontein, Afrique du Sud - Milner Hall lake ©Laurent Bruxelles | Fouilles de Callao Cave, vue générale ©Callao Cave Archaeology Project | Paysage et site archéologie de Lomekwi 3 (Ouest Turkana, Nord Kenya) daté de près de 3,3 Millions d’années ©Jean-Philip Brugal | Découverte de l’un de crânes du site de Dmanissi (Géorgie) ©Ana Mgeladze

Nombre de participants limité, inscription obligatoire.

Tous publics
Premier dimanche du mois
Tous les premiers dimanche du mois
Exposition
Regards croisés : François Augiéras, Les rives primitives

Exposition temporaire du 15 décembre 2021 au 28 mars 2022